Presentation

Quelques lignes sur la naissance de cette passion

Tout à commencé comme lors d'un matin ordinaire pour un enfant de 8 ans, sauf que ce jour-là, mon père m'emmena chez un ami qui possédait des serpents. Ce qu'il ne me dit pas avant d'y aller c'est qu'il avait l'intention d'en ramener un couple à la maison. C'est ainsi que nous sommes repartis avec 2 superbes elaphes guttata guttata et que par la même occasion, je suis tombé dans le "bain" des reptiles. Ce couple une fois adulte nous avait fait des beaux oeufs mais mon père étant novice en la matière les amena chez son ami qui les incuba et 7 petits bébés guttata virent le jour. Mon père s'en sépara le jour où nous avons déménagés à Fribourg et je dus attendre encore 5 longues années avant de pouvoir acquérir mon propre serpent. Le plus dur fut de convaicre ma mère qui n'était pas très "chaude" à l'idée de reprendre des "rampants" sous son toit alors qu'elle en avait une peur bleue. Mais je crois que je peux dire que je l'ai eu à l'usure si on compte le temps entre ma première demande et le jour où je pus le ramener chez nous. Il s'agissait d'un python royal mâle agé alors de 6 mois que je prénomma Gizmo. 8 ans après, je l'ai encore et c'est toujours un plaisir comme au premier jour de le regarder se ballader dans son terrarium quand le jour se couche.

La passion devint vite ancrée dans mon quotidien dès le moment où j'eus quitté le domicile de ma mère pour aller poursuivre mes études ailleurs. Etant chez moi, je fus libre de céder aux tentations que m'offraient le monde des reptiles. Après mon premier python, je pris un physignatus dont un ami faisait l'élevage et dont il venait d'avoir des petits. Puis lorsque son terrarium devint trop petit, un couple d'adulte vint s'ajouter à cette femelle. Tous les trois furent placés dans un grand terrarium. Puis un lampropeltis ruthveni albinos toujours du même ami. Un petit boa arc-en-ciel  vint rejoindre ce petit monde un peu plus tard et comme si ca ne suffisait pas, lors d'une bourse, je "flasha" sur un couple de boas arc-en-ciel adulte que je ramenai également à la maison. Après une période d'acalmie ou je ne ramenai rien à la maison, je commençai à mettre un peu d'argent de côté au vue de faire quelques achats. Mais d'un autre côté, l'appartement que j'occupais commençait à devenir, comment dire, .... plein .. Je dus donc faire des choix et c'est à ce moment là que je décidai de me consacrer uniquement aux boidés et pythonidés.

Depuis, j'ai eu l'occasion d'acquérir des phases de python regius importées des USA et c'est incontestablement l'espèce d'ophidiens que je préfère. Avec un caractère docile comme celui du python royal, c'est un vrai bonheur de travailler avec cette espèce. De plus les phases en font une espèce qui peut se décliner selon tous les goûts et les possibilités génétique de cette espèce sont infinies. Je me consacre actuellement donc presque exclusivement à cette espèce.

A l'heure où j'écris, il ne doit pas y avoir moins de 1000 phases de regius différentes, combinant les motifs et les couleurs allant des plus unies au plus folles que vous pourrez jamais imaginer. Tout cela grâce aux mutations génétiques spontanées qui se sont retrouvées un beau jour dans la nature et qui plus tard furent reproduites et combinés par des éleveurs. Pour plus d'infos sur les phases allez voir la page génétique; c'est ici.

Mis à part le python royal, je reste "accro" aux boidés en général et mes boas arc-en-ciel et Dumérili me donnent beaucoup de plaisir. Pour ce qui est du caractère, on va dire que ce sont des espèces qui sont plus imprévisibles et si les petits sont mordeurs, leur tempérament de feu se calme un peu lorsqu''ils grandissent. Ils restent cependant plus imposants et lunatiques qu'un regius. Mais à mon avis, pour un éleveur, possèder plusieurs espèces dotées de caractères différents ne peut qu'apporter un plus au sein de son élevage.